Enfin à bord!

Mercredi 8 mai

J'ai bien étudié le plan du port envoyé par Catalina qui indique le n° du quai où est amarré le Hansa Bremen.

 

C'est lui !! Quelle émotion !

 

 

 

Me voilà au pied de la coupée. C'est génial !

 

 

 

Je n'ai pas le temps de m'inquiéter pour mes bagages trop lourds : trois marins s'en chargent mais ce n'est pas une obligation. Il ne faut pas oublier que le passager est admis sur un cargo, qu'il doit se débrouiller et rester discret.

 

 

 

Sur le coup, la vue du bateau peut surprendre ; en effet ce n'est pas comparable avec les énormes porte-conteneurs de près de 300 mètres de long.

 

Le Hansa Bremen mesure environ 148 mètres. Il a été construit en 1989. La coque jaunie, un peu de rouille, les cordages et la coupée bien graisseux mais un accueil tellement chaleureux.

C'est exactement ce que je cherchais !

Embarquement au long cours

Premier jour à bord

Enfin me voilà à bord, mon rêve se réalise d'autant que je suis la seule passagère. Après les présentations, remise des documents et signature du registre d'embarquement, j'ai enfin le droit de franchir le sas accompagné du second officier.

Nous cheminons le long des  étroites coursives jusqu'à la montée par un escalier exiguë.

 

 

Au 2è étage, une agréable surprise, j'ai le privilège d'avoir la cabine « Owner » (propriétaire) numéro 326, de 23 m² en retrait avec une coursive personnelle et tout le confort, sans luxe (ce n'est pas ce que je recherche).

2 hublots donnant sur la poupe, le pont arrière. C'est l'endroit idéal pour moi avec une vue imprenable sur le sillage du navire.

 

Des rangements, un réfrigérateur, un bureau, télévision et magnétoscope, un coin salon avec un grand canapé et une table. Des fauteuils, une salle d'eau avec un chauffage d'appoint et bien sûr  et heureusement l'air conditionné.

 

(voir la vidéo)

Mais la visite sera pour plus tard. Le temps de déposer mes bagages et je dois me présenter au 3è étage tribord, au bureau du Commandant pour déposer mon passeport et les documents exigés (décharge, certificat médical, vaccins…).

 

Me voilà rassurée par mon accueil bienveillant même si je suis impressionnée.

 

C'est le second officier qui semble responsable de ma petite personne et qui me fera visiter le navire. En attendant, je ne me lasse pas d'apprécier cette grande cabine et j'ai hâte de m'y installer mais il est 17h30 et c'est l'heure de dîner et je tiens à respecter le règlement affiché sur la table de nuit.

 

C'est un autre monde et je jubile à la pensée de pouvoir vivre cette expérience et trouver ma place en ne dérangeant personne ou le moins possible.

 

 

La vie à bord, visite et organisation

La cuisine, au 1er étage est encadrée par le mess des officiers à bâbord et la cantine des matelots(tous les Philippins)à l'opposé.

 

Le mess est une salle très accueillante avec sa moquette et ses grandes tables rondes. Au fond le coin réservé au 3è officier et au cadet; au milieu celle des officiers, officiers mécaniciens et autres.

 

La table du commandant, avec le chef mécanicien à sa droite. Et en face le chef officier.

Les repas sont servis à heures fixes pour respecter les quarts de l'équipage : donc petit déjeuner à 7h a.m, le déjeuner (lunch) à 11h30 et le dîner à 17h30 p.m.

Ce soir pour ce premier repas à bord, le commandant m'indique la place que j'occuperai à sa gauche désormais entre lui et le chef officier.

 

Ce soir, plat de pâtes avec viande et légumes servis par le coq Philippin et aussi un self service à la disposition de tous avec jus de fruits, salade, charcuteries, fromages, desserts…

 

Il est temps de prendre possession de ma cabine et de vider mes valises. Puis de faire un tour à l’extérieur et découvrir l'environnement: le port et la darse où nous sommes à quai pour quelques jours.

 

Mais peu importe le jour du départ, l'essentiel est d'être à bord.

<

>

 

Création de @SI 13 informatique - Olivier JEAN - 2017