En attendant le départ

Vendredi 10 et samedi 11 mai

Il pleut toujours sur le port d'Anvers mais ça ne me chagrine pas car au-delà des hangars, il y a une belle vue, une magnifique forêt au loin et puis plein de choses nouvelles à observer sur les alentours et la darse.

 

Maintenant il y a du mouvement dans le port et c'est très intéressant, je ne vais pas en perdre une miette.

Il y a aussi un nouveau voisin à la poupe, un joli cargo bleu.

vue arrière de la cabine

Enfin, je vais baigner dans ce monde du travail des ports maritimes depuis le pont d'un navire et non plus de loin,où sur les quais du port de Marseille où j'ai eu la chance et le privilège de partager le jour et la nuit la vie des lamaneurs et que je remercie pour leur accueil ainsi que les agents du port et les pilotes qui m'ont accompagnée.

 

 J'aime observer toute cette activité, les grues et les portiques qui, inlassablement viennent saisir de leurs mâchoires d'acier les conteneurs empilés sur le quai et les soulèvent aisément pour les déposer avec une précision étonnante sur le pont avant, car le château trône à l'arrière.

ici sur ce navire ce sont des conteneurs réfrigérés (reefers).

 

(voir la video)

Samedi 11 mai

La valse des conteneurs continue; les portiques travaillent et cette fois les deux énormes grues du navire sur le pont avant déploient leur long bras pour déposer de nouveaux conteneurs et aussi les denrées nécessaires pour la vie à bord.

 

Je suis dans ma cabine, le navire prend alors un air penché au fur et à mesure du chargement et le sol de ma cabine aussi. Je ressens la poussée de l'eau et j'aime bien cette sensation de flottement, l'avant goût d'un départ proche.

vue du quai à la poupe du navire

Ce samedi, grisaille et il fait froid mais j'ai de quoi faire et je me plais à regarder le trafic et les mouvements dans le port depuis ma cabine ou le pont, la promenade étant interdite sur le quai.  Je profite pour m'initier à la photo et vidéo avec mes nouveaux appareils.

vue du quai vers la proue

Le samedi après-midi à 16h, réunion et entraînement à la cantine des matelots philippins et je suis invitée à y participer tous les samedis. c'est une première et je ne comprends pas tout car j'ai du mal à traduire surtout l'anglais avec l'accent philippin.

 

Après le dîner et à la demande du 2nd officier, je vais retrouver les Philippins dans leur salle à manger où après le repas, à 18h pour eux, ils s'adonnent à leur loisir favori, le karaoké ou à regarder des vidéos, une love story si possible.

Aux étages, les officiers qui ne sont pas de quart, restent le plus souvent dans leur cabine.

Dimanche 12 mai

Le départ ne sera donc pas pour aujourd'hui mais lundi à 14 heures.

 

Après le lunch, le 'Master', seul responsable du courrier électronique m'a indiqué la marche à suivre sur l'ordinateur de bord réservé à tout le personnel et donc situé au mess des officiers.

 

J'ai une adresse électronique personnelle comme le reste de l'équipage. J'avais prévu de ne pas avoir de contacts avec mes proches, qu'aux escales ,mais finalement les liaisons satellitaires étant à disposition et accessibles grâce à l'achat d'une carte, c'est un moyen appréciable de se rassurer sur le sort des uns et des autres.

salle informatique du Hansa Bremen

Jour et nuit, il y a toujours un gardien sur le pont devant la coupée. Je profite ce soir de l'inactivité dans le port pour discuter avec un matelot philippin: il a embarqué sur le Hansa Bremen pour un contrat de dix mois comme tous les autres sauf le cadet.

 

Dix mois sans voir leur famille, ni quitter le navire ou rarement.

Lui vient de la grande île de Luçon (Philippines) et il travaille pour payer des études à ses deux enfants et toujours le sourire et bien heureux de travailler à bord.

<

>

Création de @SI 13 informatique - Olivier JEAN - 2017