Océan Pacifique

Mardi 28 mai

Enfin l'entrée dans l'Océan Pacifique, direction Tahiti, le port de Papeete.

Le ciel est toujours aussi laiteux et toujours cette chaleur. Il pleut abondamment mais la mer est calme, pas de roulis.

Les jours suivants, très léger tangage et le bonheur d'apercevoir trois baleines.

Vendredi 31 mai

Ce vendredi un peu de soleil, le ciel ennuagé est magnifique mais menaçant au dessus d'une mer sombre. Une grosse tempête nous menace et il a fallu contourner vers le Nord car au Sud les vagues sont gigantesques. Ici on ne croise ni ne double aucun navire. Toujours tangage et roulis mais ce n'est pas gênant.

 

Une surprise aujourd'hui, le Commandant est venu pour m'inviter au barbecue des officiers à la passerelle, derrière la timonerie à l’extérieur près de la piscine avec vue à 360° sur l'océan.

A 17h30 en arrivant par les escaliers extérieurs, toujours un accueil chaleureux, une abondance de plats.

 

Adieu les restrictions pour maigrir! un bidon en guise de barbecue où cuisent les pommes de terre farcies, des saucisses, côtelettes, poulet, plein de plats ,tous délicieux. Hareng et autres avec les sauces et du saumon frais en carpaccio, une recette russe, un délice.

 

J'apprécie ce moment de convivialité  qui réunit les officiers et ceux qui sont de quart à la passerelle pour trinquer et savourer tous ces plats concoctés par chacun d'eux. Je n'oublierai pas ces moments privilégiés au milieu de l"immensité du Pacifique Sud.

 Dimanche 2 juin

Ce jour,  je dois  à nouveau visiter le "Machine".

Je suis très impatiente de découvrir ce qui se passe dans les entrailles de ce moteur qui me tient compagnie jour et nuit.

Je me prépare, tenue casquée bien-sûr: visite un peu rapide mais impressionnante et qui provoque beaucoup d'émotion.

Ici au niveau du pont inférieur à l'intérieur du Château, le bureau du Chef mécanicien et en face une porte peu visible pour le non initié et puis une salle feutrée, silencieuse, fraîche où l'on trouve le PC avec plusieurs écrans affichant tout le fonctionnement de toutes les parties du moteur.

 

Avant de pénétrer dans l'antre du moteur, obligation de porter des bouchons ; ici,  c'est un casque car le bruit est assourdissant, impossible de s'entendre. Nous surplombons toute la machine.

 

Plusieurs étages nous séparent du fond, c'est très impressionnant d'autant que les escaliers sont très raides et la chaleur suffocante. Mais je suis subjuguée par la beauté de l'ensemble et l'émotion que j'éprouve .

<

>

Création de @SI 13 informatique - Olivier JEAN - 2017